Blog frannuaire
Economie et Finances

Organiser une cessation dans les meilleures conditions

Organiser une cessation dans les meilleures conditions
Rate this post

Le monde économique n’est pas le plus doux qui soit, bien au contraire. Dans certains secteurs la concurrence fait rage et certaines entreprises, plus petites, moins bien organisées ou plus simplement moins bien équipées, ne peuvent pas rivaliser avec celles qui disposent des meilleurs moyens comme de la meilleure organisation. Dans ce cadre on voit chaque année un grand nombre d’entreprises dans l’obligation de mettre la clé sous la porte. C’est d’autant plus vrai dans un contexte où désormais c’est à l’échelle de tout le continent que cela se passe : certains pays de l’union européenne proposent de meilleures conditions fiscales aux sociétés et certaines de celles qui y sont implantées sont donc de rudes challengers pour les entreprises hexagonales.

S’assurer de trouver un repreneur

Lorsque l’on a investi son argent, que l’on a travaillé dur durant plusieurs années, tout cela afin que créer et de voir se développer une entreprise, on a envie que ce soit sur la durée. Mais rien n’est jamais joué d’avance et il arrive malheureusement que cela ne se passe pas ainsi. Or, il n’est pas question, en cas de liquidation, de laisser tout à l’abandon : il faut organiser la reprise de entreprise par quelqu’un qui y mettra d’autres moyens et qui permettra à l’activité de rependre de plus belle. Tout cela est réglementé, dans notre pays et les conditions de la loi Florange stipulent qu’une entreprise de plus de mille salariés qui souhaite fermer ses portes se doit d’abord de rechercher un repreneur. Cela garantit une continuité, en particulier pour les salariés et les actionnaires.

La loi protège le travail

En France les salariés sont protégés comme nulle part ailleurs, en Europe, face aux licenciements. Si l’Allemagne dispose d’un système qui s’en approche, seuls les français peuvent bénéficier de plans sociaux avec des avantages réels, en matière de reclassement comme d’indemnisation. C’est d’ailleurs pour cette raison que les grèves sont récurrentes chez nous : les salariés ne souhaitent pour rien au monde que l’on abandonne un système qui est leur faveur. Cela semble normal.

Related posts

Comment saisir les enjeux du Forex à Taïwan

Mister A.

Comment financer la formation CSE ?

Journal

Comment investir intelligemment l’argent d’un héritage ?

Oscar